Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 13:58
Jeuxyannick a le plaisir d'accueillir aujourd'hui sur ses pages le directeur d'une toute nouvelle maison d'édition au nom particulièrement original : Krok Nik Douil ! Focus sur cette belle aventure entrepreneuriale :

1-      Krok Nik Douil est une toute jeune maison d'édition de jeux de société. Pourriez-vous nous expliquer la création de ce projet entrepreneurial dès ses tout premiers pas, de la présentation de son fondateur aux études de marché en passant par la fabrication et la commercialisation de son premier jeu ?


logo-knd-web.jpgAlain Epron : La création de ma maison d’édition est un peu le résultat d’un concours de circonstance. Au départ, j’avais dans l’idée de développer un jeu (Mâamut) et de faire la tournée des éditeurs comme tout auteur qui se respecte. Mais la crise est passée par là avec un plan social en préparation dans mon entreprise où mon emploi était menacé. J’ai décidé de prendre les devant et de négocier mon départ afin de faire autre chose, plus proche de chez moi pour passer plus de temps avec mes enfants. L'idée de créer une maison d’édition a fait petit à petit son chemin et voilà. Les éditions Krok Nik Douil Editions étaient nées. Ensuite, le choix de m’auto-éditer a été pris par précaution. Je n’avais pas envie d’entrainer avec moi un auteur si mon projet capotait, mais dès le départ il était clair que je ne ferais pas que de l’auto-édition et que KND serait une vraie maison d’édition. La recherche de partenaire pour la fabrication a été simple car pas beaucoup de concurrence dans ce domaine. J’
maamut_box_web.jpgai fait le choix de différencier les intervenants et donc de ne pas passer par un prestataire unique, en privilégiant si possible une production en France, plus simple à suivre. Le choix s’est porté sur Ferriot Cric (Ndlr : que nous avions interviewé sur ce blog il y a quelques jours), pour tout ce qui est cartonnage, qui a l’avantage de ne pas être trop loin de chez moi et sur France Cartes. Par contre, pour les pions en bois, je passe par un fabricant allemand car ils ont l’avantage d’avoir du stock dans les pions classiques. Ces choix engendrent des coûts de fabrication plus élevés mais bon, la qualité est au rendez-vous et pour moi c’était important. Pour la commercialisation, le problème a été résolu très vite. S’auto distribuer était une erreur à ne pas commettre donc dès le début j’ai recherché un distributeur. J’ai contacté Millennium qui ont accepté le marché très rapidement et peu de temps après, j’ai été contacté par Asmodée qui était aussi intéressé pour distribuer le jeu. Comme j’avais déjà donné mon accord oral à Millennium j’ai poursuivi avec eux. Il ne restait plus qu’à trouver une ligne éditoriale pour ma maison d’édition et sachant la difficulté qu’ont les jeunes auteurs (pas au niveau de l’âge mais en terme de jeux édités) à se faire éditer, j’ai pris le pari d’éditer et de donner une chance principalement à ceux-ci.

2- Pourriez-vous nous parler du jeu "Le marché de Samarkand" ? Comment vous est venu l’idée de l’éditer ? Combien de temps cela vous a-t-il pris pour passer de l'étape de prototype à celle de la maquette finale colorisée ? Qui en est l'illustrateur ? Par quels prestataires êtes-vous passés pour sa fabrication ?


couv.jpgAlain Epron : Pour Samarkand, qui est le deuxième jeu produit par KND, les choses se sont faites très vite. J’étais présent au Festival d’Ugine début décembre pour représenter le jeu Froutch la fée qui participé au concours de création et que KND va éditer fin 2010 et j’ai découvert le jeu « Babaorum » qui était lui aussi en compétition. Ce jeu m’a tout de suite plû et à la fin du week end, on était tombés d’accord avec l’auteur, avec l’objectif de sortir le jeu pour le festival de Cannes. Ce fut un bon choix car si « Froutch la fée » a gagné les Charvin d’Or du concours, « Babaorum » a, quant à lui, remporté le prix du jury. Après, juste le temps de revenir chez moi et d’envoyer le contrat à Bruno Fricout, l’auteur, et les choses étaient lancées. Le choix d’un illustrateur s’est fait rapidement. Loïc Billiau a accepté tout de suite les données du problème, à savoir illustrer le jeu en 3 semaines (délai avant de lancer la production). Je le remercie pour le travail qu’il a fait car ce n’est pas évident. Il a beaucoup donné de son temps pour réussir le pari de lancer la production tout début janvier. Avec Bruno, on a travaillé d’arrache pied pour apporter les modifications nécessaires au jeu (les chameaux et la version 3 joueurs). Bruno s’est chargé des tests en mettant toute sa famille à contribution pendant les fêtes de fin d’année. Je ne sais plus combien de parties de test ils ont dû supporter mais ce fut colossal, et début janvier, avec seulement deux jours de retard, on lançait la production chez France Cartes et Ferriot Cric. Bien entendu, entre temps le jeu a changé de nom pour prendre un nom plus parlant : Le marché de Samarkand. Manque de bol, un jeu portant quasiment le même nom est sorti juste en même temps chez Queen Games. Pure coïncidence.


3- Quels conseils donneriez-vous à un jeune entrepreneur qui souhaiterait créer sa propre maison d'édition de jeux de société ?  Quels sont les pièges à éviter ?


Alain Epron : Je pense que le principal piège a éviter c’est de se lancer sans distributeur. Le distributeur est vraiment la clé de voûte de l’ensemble. Après on peut faire sans mais c’est très dur. Autre conseil, c’est d’avoir un apport important en trésorerie car au départ, c’est vraiment ce qui fait défaut si on veut grandir vite.


4- Quel impact a aujourd'hui un salon comme le Festival des jeux de Cannes sur votre activité et sur la vente de vos produits ? Serez-vous présent au salon d'Essen 2010 en Allemagne ?


Alain Epron : Honnêtement pour le moment c’est très difficile de savoir les retombées réelles d’un salon comme Cannes. Pour moi, Cannes est incontournable quand on est éditeur français. Autant râter Essen ne me gêne pas alors que râter Cannes serait pour moi une grave erreur. Quand je me suis lancé, je m’étais donné comme objectif pour la première année d’être reconnu comme un acteur à part entière du secteur du jeu de société en France. Je pense que l’objectif est en passe d’être atteint, voir déjà atteint. Et ma présence à Cannes avait pour but d’asseoir la visibilité de KND dans le paysage ludique français.

5- Quelles seront vos futures parutions ? Sur quels types de mécaniques miserez-vous pour vos prochains jeux ?


Alain Epron : En projet actuellement il est prévu un jeu pour septembre (Régents) et un autre pour novembre (Froutch la fée).
« Régents » est le premier jeu de Joël Boutteville qui marquera le début de la gamme « expert » de KND. C’est un jeu de placement et de majorité qui reçoit un très bonne accueil de ceux qui ont pu le tester. C’est un très bon jeu que je suivais depuis pas mal de temps et, j’avoue, que je suis content d’avoir pu le signer. Ca faisait plus de 2 ans que le prototype tournait sans trouver d’éditeur, ce qui était assez incompréhensible, et je n’avais qu’une crainte, c’est qu’il me passe sous la main. Bref, dès que la maison d’édition a été officiellement créée, on a tout de suite signé le contrat avec Joël. Maintenant, ce n’est plus qu’une question de trésorerie à trouver pour pouvoir lancer sa production. Quand a l’illustrateur, il est déjà trouvé. Ce sera Stéphane Poinsot qui sera aux manettes.

froutch.jpg« Froutch la fée » de Delphine Lemonnier (premier jeu pour elle aussi), va, quant à lui, lancer la gamme « enfant ». Pour parler du jeu, je reprendrai les paroles d’un autre éditeur à Cannes, qui a dit à propos d’un de ses jeux nominés à l’As d’Or: « Il y a des jeux qui sont des évidences… ». Pour moi, « Froutch la fée » en fait partie. Quand j’ai découvert le jeu sur Internet, je ne l’ai plus lâché. J’ai suivi toute ses pérégrinations jusqu’au Festival de Partenay l’année dernier où j’ai pris la décision de l’éditer, après l’avoir vu tourner pendant deux jours et avant même qu’il ne reçoive le prix « enfant ».  Ce choix a été conforté lorsqu’il a obtenu le prix, puis quand il a raflé aussi la Grenouille d’Or à Panazol quelques mois après, et pour finir, le Charvin d’Or à Ugine. J’espère maintenant qu’il aura le même succès dans sa version éditée. On a mis toutes les chances de notre côté à ce niveau-là, en allant débaucher Piêro en personne pour faire le travail d’illustration. Le prototype, qui est encore en cours d’affinage a reçu un très bonne accueil à Cannes cette année avec déjà plein de personne qui attendent sa sortie en boutique. Il y a même une personne qui voulait acheter le prototype. Je fonde beaucoup d’espoir sur ce jeu-là.


Ensuite, plusieurs autres projets pour 2011, mais il est encore un peu trop tôt pour en parler. Les jeux sont encore en rodage. Seule chose que je peux dire c’est que KND continuera dans sa ligne éditoriale.

Jeuxyannick remercie Alain Epron pour sa participation à ce blog et n'hésitera pas à tester l'ensemble de se gamme de jeux :o)) Et n'hésitez pas à aller découvrir l'ensemble des jeux de la gamme Krok Nik Douil sur leur site : http://www.kroknikdouil.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Yannick

Présentation

  • : Pépites Ludiques !
  • Pépites Ludiques !
  • : News 100% Ludiques ! Ce blog a été fondé et est modéré par le fondateur de Witty Editions, maison d'édition communautaire qui édite la plateforme participative Mywittygames.com
  • Contact

Articles Les + Consultés

  • Les 10 principales difficultés pour réussir à éditer son jeu de société...
    J'ai pour ma part édité 9 jeux de société... ...et réalisé à 9 reprises le process d'édition d'une nouvelle création ludique. Ce fut des expériences à la fois similaires sur certaines étapes mais également quelques surprises inévitables. En lisant cet...
  • Commandez le livre "Tous les secrets de l'industrie du jeu de société" !
    Vous avez envie de tout connaître sur l'industrie des jeux de société en France ? Avec cet ouvrage de 300 pages vous connaîtrez tous les secrets cachés de cette industrie qui se dissimule derrière quelques acteurs qui monopolisent 100% du secteur. Apprenez...
  • Créer un jeu de société et le faire éditer
    Beaucoup de gens se lancent dans la création de jeux de société. Au départ sans objectif précis. Juste l'envie de se faire plaisir et/ou de créer le jeu de ses rêves. On le sait : les joueurs aiment à créer leurs propres règles du jeu. C'est une forme...
  • Auto-éditer son jeu de société ?
    C'est une question récurrente au détour des discussions avec des passionnés sur les salons ou lors du "Off" de Cannes. De plus, c'est un sujet qui m'a moi-même déjà titillé il y a maintenant un peu plus d'un an. J'avais à l'époque fait des demandes de...
  • Du prototype au jeu de société édité
    Que de chemin parcouru entre l'idée d'un jeu de société et le jeu final ! Tous les auteurs vous le confirmeront : l'édition d'un jeu de société est très souvent un chemin de croix ! Entre les premiers tests, les ajustements de règles, les nouveaux tests,...

Interviews Et Classement Des Meilleures Pépites Ludiques. Cliquez Ici !